New journals

Subscribe to RSS feed

28 février 2006

Terrain : parution du dernier numéro et mise en ligne du numéro 38 en texte intégral

Parution du dernier numéro 46 de Terrain, Effets spéciaux et artifices

En réponse à une prise de conscience de plus en plus aiguë des limitations et des contraintes liées à l’acte même de voir, s’est développée depuis la fin du XVIIIe siècle, en Europe et aux USA, une véritable « course aux effets spéciaux » . Dans le domaine de la science comme dans celui du music-hall, toutes sortes d’artifices sont utilisés pour intensifier et parfois troubler l’ordre des représentations. De la fascination des physiciens pour les bulles de savon aux procédés mécaniques tentant d’objectiver la démarche humaine, des compositions savantes produites en architecture aux trucages du cinéma ou aux spectacles à sensation des théâtres populaires anglais ou de Phineas Barnum, les effets analysés dans ce numéro renvoient clairement à des pratiques de monstration et/ou de démonstration qui déployent des moments « spéciaux » de grande intensité technique ou de paroxysme qui visent à étonner le spectateur et à en troubler les sens.


Mise en ligne en texte intégral du numéro 38, Qu’est-ce qu’un événement ?

La description ethnographique privilégie généralement le quotidien et la répétition rituelle plutôt que les fêlures ou les ruptures. Les sciences sociales se montrent d’autant plus silencieuses face à l’événement que celui-ci donne lieu, dans les media, aux discours les plus loquaces.
C’est pourquoi ce numéro de Terrain s’attache à travers des exemples précis – une découverte scientifique, les voyages présidentiels, le procès Papon, les apparitions de la Vierge, l’affaire Lewinsky, etc. – à restituer à l’événement sa spécificité temporelle. Les articles rassemblés ici montrent la manière dont les individus (Bill Clinton ou Maurice Papon, Sadi Carnot ou satori…) autour desquels s’articulent l’événement et ses contextes, sont traversés par des forces collectives qui les dépassent.
L’événement, pour les ethnologues et les sociologues, se définit par les séries au sein desquelles il s’inscrit. Car il ne suffit pas de faire le constat de l’irruption spectaculaire de l’événement, il faut en construire le sens, lui apporter une « valeur ajoutée » d’intelligibilité...



Journals in the humanities and social sciences