New journals

Subscribe to RSS feed

10 March 2006

Les deux derniers numéros de la Revue d’histoire du XIXe siècle en ligne

Mise en ligne en texte intégral du dernier numéro, La « Société de 48 » a cent ans
Le 23 octobre 2004, dans l’amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne, la Société d’histoire de la révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle fêtait son centenaire. Ce sont les actes de cette journée commémorative qui sont publiés dans ce numéro. Trois temps ont été retenus pour rappeler l’histoire de cette société savante et militante :  « Moments », avec les contributions de Gilles Candar autour de la naissance de la Société (« moment 1904 ») et de Thomas Snégaroff autour du centenaire de la révolution de 1848 (« moment 1948 ») ; « Témoignages » avec les contributions de Maurice Agulhon sur ses huit années de présidence de 1974 à 1982, de Jean-Claude Caron sur la renaissance du bulletin de la Société dont il était chargé de la publication, d’Alain Faure quand il était secrétaire général de la Société pendant la présidence de Philippe Vigier et, de Jean-Yves Mollier sur son expérience de  trésorier de la Société de 1982 à 1993 ; « Axes » avec les contributions de Raymond Huard établissant le bilan des activités éditoriales de la Société et de Michèle Riot-Sarcey s’interrogeant sur la place de la RH19 dans le renouvellement des recherches sur le XIXe siècle. Ce numéro commémoratif témoigne de l’esprit démocratique et de la volonté d’études scientifiques qui ont donné naissance à cette société.

Parution du numéro 30 de la Rh 19 : Pour une histoire culturelle de la guerre
Cette approche du XIXe siècle sous son angle guerrier a été rarement abordée par la revue publiée par la Société d’histoire de la Révolution de 1848 et des révolutions du XIXe siècle. La notion de « culture de guerre », forgée par les historiens de la Grande Guerre et également utilisée par des historiens modernistes, n’a guère été exploitée par les historiens dix-neuvièmistes. Les huit contributions de ce numéro révèlent la présence, au cœur du XIXe siècle, d’une société guerrière souvent occultée. Trois axes thématiques se dégagent : le tissu humain des armées du XIXe siècle, les expériences combattantes et, le deuil, la mémoire et les formes de commémoration dans l’après-guerre. Les deux articles en texte intégral de Stéphane Audouin-Rouzeau et de Claire Fredj, consacrés respectivement au texte de Charles Ardant du Picq, Etudes sur le combat, publié après la mort de son auteur devant Metz en 1870 et aux récits de six médecins militaires français plongés dans l’expédition du Mexique (1862-1867), renouvellent l’approche du combat et révèlent la pertinence du concept de « culture de guerre » pour les combattants du  XIXe siècle.



Journals in the humanities and social sciences