Revues à la Une

S'abonner au flux RSS

09 mai 2006

Le quatrième numéro d'Astérion est en ligne

Le nazisme marque-t-il une rupture radicale avec la République de Weimar ou s’inscrit-il, sous certains rapports, dans la continuité de cette dernière ? Dans le contexte général de crise économique, sociale et politique, qui caractérise la fin de la République, quels problèmes institutionnels et quels glissements idéologiques ont pu préparer le terrain à la dictature nazie ? C’est cette question qu’examine la première partie du dossier à travers l’analyse de la crise des facultés de droit, de la radicalisation du discours sur les asociaux et de l’articulation entre individu et communauté.

La seconde partie du dossier se rapporte au problème, vivement débattu en France aujourd’hui, de la place du nazisme dans sa pensée juridique et politique de Carl Schmitt. Plutôt que de s’interroger, une nouvelle fois, sur les sources idéologiques de son engagement nazi, on a tenté d’évaluer la portée de ce dernier à partir du contexte plus général de la science du droit et de sa mise en crise sous le national-socialisme. Quelle a pu être la fonction du droit dans un régime destructeur des fondements mêmes de l’État de droit ? Comment « le droit » a-t-il pu, de fait, se mettre au service d’un régime criminel et valider formellement, sinon substantiellement la politique la plus détestable ?



Revues en sciences humaines et sociales