Revues.org

n° 138

Lettre électronique de Revues.org

Lancement du programme OpenEdition Freemium

http://www.revues.org/ Bulletin N° 138 du lundi 07 mars 2011 (40 000 abonnés)
Chers abonnés,

Nous avons le plaisir de vous annoncer la sortie d'OpenEdition Freemium.

La création de Revues.org, en 1999, reposait sur une intuition, celle de l’édition électronique ouverte. Elle apparaissait comme une voie de démocratisation de l’accès au savoir et de rayonnement pour les Sciences humaines et sociales. Le projet a débouché sur la création d’un laboratoire, huit ans plus tard : le Centre pour l'édition électronique ouverte (CNRS, Université de Provence, École des hautes études en sciences sociales et Université d’Avignon). Celui-ci développe désormais trois plateformes. Revues.org accueille 300 revues et collections de livres. Calenda diffuse les programmes de colloques, de journées d’études et les appels à contribution soumis par la communauté scientifique (plus de 14000 programmes complets). Hypotheses.org est la première plateforme de carnets de recherches en Sciences humaines et sociales (150 carnets). Les carnets de recherche sont la forme académique des blogs. Ils permettent de tenir une forme de séminaire permanent en ligne et de prolonger la conversation scientifique au-delà des murs du laboratoire. L’ensemble de ces portails reçoit en moyenne 1,5 millions de visites par mois.

Depuis le début, nous avons défendu l’idée du « libre accès », et refusé le vocabulaire de la « gratuité ». En effet, comme tout travail, le travail d’édition a un coût. Or, transposer sur le Web le modèle de l’abonnement classique produit des effets d’invisibilité prononcés [Marin Dacos, Pierre Mounier 2010]. Toute barrière commerciale divise le nombre de lecteurs par cent et conforte les frontières linguistiques et disciplinaires existantes. Le numérique, dès lors, sert à économiser des frais de transport, mais ne modifie pas radicalement l’économie du lectorat. Or, le Web fait passer l’édition électronique d’une économie de la rareté à une économie de l’attention [Herbert Simon, 1971]. Dans le premier cas, c’est l’offre qui est rare relativement à la demande. Dans le second, c’est l’offre informationnelle qui est surabondante et qui conduit à une rareté relative de la demande. Dans une économie où tous les articles et tous les livres sont en ligne, ce qui devient rare, ce sont les lecteurs pour les trouver, les lire et les citer.

Le Web offre une opportunité historique à l’édition scientifique en termes de visibilité, donc de circulation et de fertilisation croisée des savoirs. À condition qu’elle opte pour le libre accès. L’option du libre accès est également beaucoup plus juste. En effet, elle réduit les barrières économiques de l’accès au savoir et rend au citoyen ce qu’il a financé.

Mais comment financer le libre accès ? Le modèle de la subvention publique et verticale, est-il le seul possible ? Il existe deux autres voies. La première est celle de l’auteur-payeur. L’auteur doit acquitter des frais de publication, qui sont assumés par son laboratoire. Il s'agit d'un modèle peu adapté aux disciplines pauvres que sont les Sciences humaines et sociales.

Le deuxième modèle est appelé Freemium. Ce modèle a été développé par les entreprises du Web qui ne pouvaient ou ne voulaient pas miser sur la publicité et souhaitaient s’inscrire dans la logique du libre accès. Il est appliqué avec succès par FlickR, le célèbre site de partage de photographies, et par Skype, le logiciel de téléphonie. Son modèle est simple : en étant gratuits, les services gagnent des millions d’utilisateurs et un faible pourcentage de ces utilisateurs est intéressé par des fonctionnalités Premium, payantes, qui financent la totalité de la plateforme. C’est le sens du mot Freemium, qui associe free (gratuit) et Premium (payant pour des fonctionnalités avancées).

C’est cette voie qu’inaugure le Cléo en lançant OpenEdition Freemium le 15 février 2011 (OpenEdition signifie « Tirage illimité » en anglais). Le portail OpenEdition.org mettra en valeur, pour les bibliothèques partenaires, les contenus des trois portails du Cléo augmentés par les fonctionnalités Premium. Celles-ci se décomposent en deux familles. La première repose sur les formats : les articles en HTML sont diffusés en libre accès et les formats PDF et Epub (pour Ipad, Kindle, etc.) sont réservés aux campus ayant acquis le bouquet OpenEdition Freemium. Le deuxième repose sur des services exclusifs ouverts aux bibliothèques abonnées : assistance et formation, alertes par email, fourniture et services de données spécialisés (statistiques de fréquentation par campus, API Calenda, notices UNIMARC...), informations et documentation, association à la gouvernance du projet.

Cette offre garantit une diffusion maximale des textes scientifiques, grâce au libre accès, tout en offrant une opportunité de revenus à l’édition, grâce aux services Premium. En effet, 66 % des revenus issus de ce bouquet seront reversés aux revues et éditeurs partenaires.

Il reste à la communauté scientifique à se prononcer pour un modèle de circulation du savoir, ce qui n’est rien d’autre qu’un choix de société.

En vous remerciant de votre fidélité,

Références bibliographiques :
• Marin Dacos, Pierre Mounier, L’édition électronique, Paris, La Découverte, 2010, 128 p.
• Herbert Simon, « Designing organizations for an information rich world », in Martin Greenberger (dir.), Computers, Communications, andthe Public Interest, Baltimore, Johns Hopkins Press, 1971, p. 37 et 72.

---------------------------------------------------------------------------------------

Dear subscribers,

We are pleased to announce the release of OpenEdition Freemium.

The creation of Revues.org, in 1999, was based on a hunch: that open electronic publishing could become an important way of opening up access to knowledge within the humanities and social sciences. The project led to the creation of a laboratory, eight years later: the Centre for Open Electronic Publishing or Cléo (CNRS, Université de Provence, École des hautes études en sciences sociales and Université d’Avignon). Cléo now has three platforms: Revues.org which now hosts 300 journals and book series; Calenda, a calendar listing research programmes, conferences, seminars, and calls for contributions submitted by the scientific community (which has processed more than 14 000 full announcements); and Hypotheses.org, a research notebook platform for the humanities and social sciences – which now hosts 150 notebooks – essentially providing an academic blog or ongoing online seminar, enabling discussion to reach beyond the laboratory walls. All three platforms combined receive an average of 1.5 million visitors per month.

Since the outset, we have defended the idea of “free-access”, which has nothing to with “free-of-charge”. Like all work, publishing has a cost. Transposing the classic subscription model to the Web brings with it inherent problems of invisibility (see Marin Dacos, Pierre Mounier 2010). Any commercial barrier decimates readership and reinforces existing linguistic and disciplinary boundaries. Digital publishing makes savings on transport costs but does not radically change spending by the readership. The Web shifts electronic publishing from a scarcity economy to an attention economy (see Herbert Simon, 1971). In the first instance, supply is scarce in relation to demand. In the second, there is an overabundant wealth of information which leads to relative scarcity of demand. In an economy where all articles and all books are online, scarcity of demand occurs when it comes to readers finding articles, reading them and citing them.

The Web offers an historic opportunity for academic publishing in terms of visibility, and thus for the distribution and cross-fertilisation of knowledge – on the sole condition that academic publishing adopts an open-access policy. The open-access principle is also much fairer. It effectively reduces the economic barriers restricting access to knowledge and offers citizens what they themselves have financed.

How can open-access be financed though? Is the model of top-down public subsidy the only possible model? There are two other ways. The first is the principle of the author-payer where authors pay their own publication costs, via their laboratories. This model is unsuitable for the low budget humanities and social sciences.

The second model is the Freemium model. This model was developed by Web businesses who refused to take a gamble with advertising and who believed in the principle of open-access. The model was successfully applied by FlickR, the famous photo-sharing site, and by Skype, the telephone software. The model is simple: services are free so appeal to millions of users, a small percentage of which become interested in premium, subscription services which in turn finance the whole platform. Hence a new web-word was born – Freemium, a combination of free and premium.

Cléo have adopted this approach and will be launching OpenEdition Freemium on 15 February 2011. For partner libraries, the OpenEdition.org portal will bring together all content from the three Cléo platforms enhanced with premium functions. Between open-access and Freemium, there are essentially two differences. The first relates to formats – non-paying users can enjoy open-access HTML articles online while campuses who have subscribed to the OpenEdition Freemium package have exclusive access to PDF and Epub formats (for iPad, Kindle, etc). The second difference is in services, and subscriber libraries will have access to: training and technical assistance, email alerts, provision of and access to specialised data (such as visitor statistics per campus, Calenda API, UNIMARC notices, and more besides), special info and documentation, and hands-on involvement in their projects.

This offer guarantees maximum distribution of academic texts via free-access, while financing our publication activity through our premium services. Indeed, 66% of revenue from this package will be reinvested into the activities of our partner journals and publishers.

All that remains to do is for the academic community to elaborate its own model for knowledge distribution – which is tantamount to choosing a society model.

Thank you for your confidence,

Marin Dacos
Directeur - Centre pour l'édition électronique ouverte
Director - Centre for Open Electronic Publishing

Vous recevez ce courriel parce que vous vous êtes abonné(e) à la lettre électronique d'information de Revues.org. Pour gérer votre abonnement, utilisez nos formulaires en ligne : http://www.revues.org/lettre.html